b9d3f85c3c1803880a47b108c6e

bfm

En 1898, pour inciter promoteurs et architectes à ne pas s’enfermer dans le style haussmannien, la ville avait créé un concours récompensant les plus belles façades d’immeubles achevés dans l’année. Supprimée en 1930, la compétition va reprendre.

image

Il y a un peu plus de 120 ans, le style haussmannien dominait tant à Paris que la ville avait ressenti le besoin de récompenser les architectes et les promoteurs qui prenaient le risque de sortir du lot. Et aujourd’hui c’est à nouveau avec “la tentation de standardisation” qu’elle veut rompre. En tout cas c’est le combat d’Éric Azière, président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris, qui n’en peut plus des “façades à bas coûts, sans fantaisie, privilégiant la praticité des usages sans accorder d’importance à l’esthétisme”

Voilà pourquoi cet élu de l’opposition municipale suggère de dépoussiérer le concours de façades créé en 1898. Supprimée en 1930 avec la crise puis l’approche de la guerre, cette compétition récompensait les plus belles façades d’immeubles réalisées dans l’année à Paris.

Et sur ce sujet consensuel, Éric Azière a été entendu. Sa proposition a été adoptée, ce 10 mai, par le Conseil de Paris. Une première étape. Idéalement, il aimerait voir ce projet se concrétiser d’ici l’an prochain. “Cela dépend maintenant du bon vouloir de l’exécutif”.

Des projets originaux avec des formes audacieuses

Avec cette nouvelle version, Éric Azière entend moderniser le concours, mais également en garder certains aspects. Le but de cette compétition est toujours d’inciter architectes et promoteurs à créer des projets originaux avec des formes audacieuses et des matériaux nouveaux. Le président du groupe UDI-MoDem garde donc ces trois éléments originaux.

Tout d’abord, l’objet du concours. “Il vise avant tout à récompenser la qualité architecturale d’un bâtiment livré dans l’année, et particulièrement l’harmonie de son insertion paysagère”. Ensuite, l’absence de classement des lauréats. “Chaque année, le concours de façades récompensait six lauréats, qui n’étaient pas classés. La philosophie sous-jacente qu’il nous semble important de respecter, est d’éviter tout dégagement de tendance ou de style, afin de libérer la créativité des architectes”. Et enfin les destinataires du prix. “Derrière chaque façade primée, c’est l’architecte, mais aussi le maître d’ouvrage (commanditaire), et l’entrepreneur qui sont récompensés”.

On en saura pas plus pour le moment sur les modalités exactes du nouveau concours. Elles doivent encore être mises à l’étude. Le groupe UDI-MoDem souhaite en tout cas y inclure les “réhabilitations d’immeubles, dès lors qu’elles impliquent un travail de création architecturale d’une nouvelle façade”. Une approche indispensable pour que ce concours ait une chance de perdurer. En effet, les nouvelles constructions dans Paris ne sont pas légion. Grâce à cette demande, les architectes du projet “Réinventer Paris” où 23 sites de la capitale vont être réaménagés, ou ceux d’”Inventons la métropole du Grand Paris” et “Dessine-moi le Grand Paris de demain” qui visent l’agglomération parisienne, pourront concourir.

Deixe uma Resposta

Preencha os seus detalhes abaixo ou clique num ícone para iniciar sessão:

Logótipo da WordPress.com

Está a comentar usando a sua conta WordPress.com Terminar Sessão /  Alterar )

Google+ photo

Está a comentar usando a sua conta Google+ Terminar Sessão /  Alterar )

Imagem do Twitter

Está a comentar usando a sua conta Twitter Terminar Sessão /  Alterar )

Facebook photo

Está a comentar usando a sua conta Facebook Terminar Sessão /  Alterar )

Connecting to %s